Wiki CgX

Parce que j'ai un cerveau, mais pas trop.

Outils pour utilisateurs

Outils du site


littérature:citationslivres

Citations, Phrases, Aphorismes et Traits d'humour glanés dans mes lectures

Le créateur d’un univers doit faire trois choses : il doit mettre en place une limitation de l’espace, il doit faire en sorte que les effets ne se répandent pas à une vitesse infinie, et il doit limiter la résolution Suppr. (Karl Olsberg)

Le gros con s’exécute, probablement direction la cafétéria pour s’empiffrer sa gueule de gros con. Carnets noirs (Stephen King)

« À la revoyure, enflure. À la revoyance, sale engeance. » Carnets noirs (Stephen King)

L’inventeur du champagne rosé a réussi le contraire de la quête des alchimistes : il a transformé l’or en grenadine. Barbe bleue (Amélie Nothomb)

Tous les photographes sont autistes. S’ils en étaient conscients, ils nous épargneraient bien des vernissages. Barbe bleue (Amélie Nothomb)

L’opposition noir/jaune constitue le contraste physiologique maximal de la rétine humaine. Barbe bleue (Amélie Nothomb)

La détresse est physique si le danger est concret, psychologique s’il est instinctuel. L'empire Des Loups (Jean-Christophe Grangé)

Au pays des agneaux, même un loup édenté est roi. Netforce #01 – Net Force (Tom Clancy)

Monsieur Bernardin était d'autant plus vide qu'il était gros : comme il était gros, il avait plus de volume pour contenir son vide Les Catilinaires (Amélie Nothomb)

La pizza aux anchois. Je me dis qu’il y a quelque chose de dégoûtant dans ce mélange de fromage, de sauce tomate et de poissons morts… mais parfois, je suis pris d’une envie insurmontable d’en manger, et je n’y résiste pas. » Cellulaire (Stephen King)

Il n’est pas désirable d’admettre une proposition quand il n’y a aucune raison de supposer qu’elle est vraie. Essais Sceptiques (Bertrand Russell)

Les hommes luttent pour ou contre des mesures tout à fait inapplicables, tout en se gardant bien d’écouter les quelques hommes dont l’opinion est rationnelle, mais qui ne flattent les passions de personne. Essais Sceptiques (Bertrand Russell)

Préférer la lumière aux arbres, cela me paraît aussi absurde que de préférer l’eau aux fleurs. Riquet à la houppe (Amélie Nothomb)

La joie avec laquelle le pigeon chie sur un monument le console du dédain des coquettes Riquet à la houppe (Amélie Nothomb)

Ce jeu de dingue, avec un espace fait exprès pour paumer la boule, avec une pente à remonter au prix d’incessants efforts, et que, sitôt atteinte, on redévalait aussi sec pour se perdre dans l’espace fait exprès, l’avait toujours contrariée. Il lui semblait que cette machine n’avait de cesse, au fond, de donner des leçons de morale, une morale austère, injuste et déprimante. Et si, par emportement légitime, on lui foutait un coup de poing, elle tiltait et on était puni. Et il fallait payer pour ça en plus. On avait bien tenté de lui expliquer que c’était un instrument de plaisir, rien à faire, ça lui rappelait son catéchisme. Un Peu Plus Loin Sur La Droite (Fred Vargas)

La mer, c’est beaucoup mieux. Ça monte, ça recule, sans cesse, et pour rien. Quelle conne, cette mer. Un Peu Plus Loin Sur La Droite (Fred Vargas)

L’élève doit imiter le maître jusqu’à ce que le maître s’énerve et le flanque dehors, ce qui est signe que l’élève est prêt pour devenir maître à son tour. Un Peu Plus Loin Sur La Droite (Fred Vargas)

La grande différence à méditer entre l’homme et l’animal, c’était que l’animal ouvrait les portes mais que jamais il ne les refermait derrière lui, jamais, alors que l’homme, si. Un Peu Plus Loin Sur La Droite (Fred Vargas)

Une exécution ? Nous sommes islandais. La dernière exécution en date s’est passée à la hache. L'homme du lac (Arnaldur Indridason)

Le mieux, pour les tuer, c’est la pelle. L'homme du lac (Arnaldur Indridason)

- Personne n'est propriétaire du bonheur, on a parfois la chance d'avoir un bail, et d'en être locataire. Il faut être très régulier sur le paiement de ses loyers, on se fait exproprier très vite. Et Si C'était Vrai… (Marc Levy)

Le premier acte du mâle humain rentrant chez lui est d’uriner, probablement pour déposer ses phéromones, celui de la femelle est de manger du chocolat. L'Arbre Des Possibles (Bernard Werber)

Ce peuple se nomma les Dixcalifieurs. Ils interdirent à quiconque d’évoquer des chiffres supérieurs à 10. « Le Dix est le plus Grand. Et rien n’est au-dessus. » Telle fut leur devise. Comme la pensée parmillienne se répandait lentement, tant elle était difficile à admettre par des esprits en friche, les Dixcalifieurs reçurent le soutien de tous les organismes officiels, de tous ceux qui avaient intérêt à maintenir les populations dans l’ignorance. Un peu partout, on assista à l’assassinat de ceux qui connaissaient le 11, le 12, le 13, le 14 ou le 15. Vincent se rendit compte que la poussée vers le haut qu’il avait voulu initier avait provoqué par contrecoup un déferlement de fanatisme en faveur d’un retour à l’ignorance. L'Arbre Des Possibles (Bernard Werber)

Dans le combat humain pour l’élévation de l’esprit, il ne suffit pas de monter le plafond, il faut aussi empêcher le plancher de s’effondrer. L'Arbre Des Possibles (Bernard Werber)

Ars moriendi ars vivendi est : l’art de mourir est celui de vivre. Spin (Robert Charles Wilson)

Les belles lettres d’amour sont des lettres d’adieux. Adolphe a disparu (Éric Metzger)

De temps en temps, nous croisions une capote usagée abandonnée à même le sol. J’avais l’impression de suivre les traces d’un Petit Poucet hyperactif sur le plan sexuel. Adolphe a disparu (Éric Metzger)

Ce qui me fascine le plus dans la vie, c’est ce besoin étrange d’imaginer ce qui, en fait, existe vraiment. Philip GOUREVITCH

Au bout de quatre mille ans, nous n’arrivons même pas à prouver que la réalité existe en dehors de l’esprit du rêveur. Vision aveugle (Peter Watts)

Les vampires ne vont pas au Paradis. Ils voient les pixels. Vision aveugle (Peter Watts)

Elle dormit en serrant un homme dans ses bras pour la première fois depuis des décennies et se réveilla dans un lit ordinairement vide, le cœur exceptionnellement plein. Silo (Hugh Howey)

Révolution : ça veut dire tourner autour d’un axe. Au bout d’une révolution, on se retrouve à son point de départ. Silo - Origines (Hugh Howey)

Je crois que mes portables sont voués à un destin excrétal. Quand sort la recluse (Fred Vargas)

Il arrive à l'arbre tortueux De fournir un fruit harmonieux. Quand sort la recluse (Fred Vargas)

Ce soir,
personne ne songe à se coucher même un instant.
Lune admirable. Haïkaï (Matsuo Bashô)

La loi protège la personne dans son corps, elle ne protège pas le corps seul qui devient un objet aux limites juridiques floues. Atom[ka] (Franck Thilliez)

Plus que toute autre création humaine, le livre est le fléau des dictatures. Angor (Franck Thilliez)

J’avais la bouche si sèche que je percevais la saveur de mes dents. Mishenka (Daniel Tammet)

“Un fils, pas de fils ; deux fils, un demi-fils ; trois fils, un fils.” Il fallait faire au moins trois enfants pour être sûr d’en voir un parvenir à l’âge adulte. Mishenka (Daniel Tammet)

Elle est visible comme un corbeau dans une cage de perruches. Puzzle (Franck Thilliez)

Un vent léger caressa les sapins. Qui frissonnèrent à leur tour, lâchant quelques paquets de neige comme une vache inquiète lâche des bouses. Nuit (Bernard Minier)

Je ferme ma porte.
Silencieusement, je me couche.
Joie d’être seul. Haïkaï (Matsuo Bashô)

Un homme qui décide d’être son propre avocat a un imbécile pour client Le bazar des mauvais rêves (Stephen King)

Si tout le monde était simple d’esprit, pensez-vous qu’on aurait encore des guerres ? Moi pas. Le bazar des mauvais rêves (Stephen King)

C’est du whisky, ça, ou de la diarrhée dans un verre ? Le bazar des mauvais rêves (Stephen King)

Il y a plus dans la vie que ce que nous en voyons ; il existe des cartes dans les replis de vos cartes. Le bazar des mauvais rêves (Stephen King)

Comme dit le dicton : “Tu peux m’appeler de n’importe quel nom, pourvu que tu m’appelles pas en retard pour le dîner.” Le bazar des mauvais rêves (Stephen King)

Cette ergonomie du confort, glissante et flasque, qui rendait les corps amorphes à force de facilité, à force d’évidence. La zone du dehors (Alain Damasio)

Les gardiens de la paix ne servaient plus à rien. La paix, c’était la traçabilité. La zone du dehors (Alain Damasio)

Regarde ton cul, connard : il est comme ta face, il dégouline de merde. Alors lève-le ton cul ! Déscotche de ta cuvette de chiotte avant que la merde t’y englue ! La zone du dehors (Alain Damasio)

Sans violence, aucun pouvoir ne s’est jamais senti menacé. La zone du dehors (Alain Damasio)

Les putes, toutes les putes, la masse grouillante des putes de l’Ordre public : les flics bien sûr, mais aussi la quasi-totalité des médias La zone du dehors (Alain Damasio)

Pourquoi ne pas faire de sa vie un météore si l’on voulait briller ? La zone du dehors (Alain Damasio)

L’action seule est menace. Et qu’un livre, une conférence, n’est pas forcément action. La zone du dehors (Alain Damasio)

Une infinité de petites pratiques irritantes, que l’on subit partout mais qui en soi n’appellent pas la révolte, voilà comment ils empochent chaque jour leur sale victoire. La zone du dehors (Alain Damasio)

Premièrement, une société de contrôle, de flicage de tous par tous, aussi splendidement démocratique serait-elle, je la vomis. Et je la vomis pour des valeurs qui sont autrement vitales que ce triomphe à la régulière du conformisme, de la docilité et de la peur, que vous cautionnez parce qu’issu d’une majorité. Je la vomis pour la liberté. Pour que la vie siffle dans nos viscères, comme un ruisseau ardent. Je la vomis pour un espoir : que l’homme vaut mieux que ce qu’il est aujourd’hui. Mieux qu’une chair filandreuse que la moindre peur déchire ; mieux qu’un cerveau à câble, qui fait du 0/1, où ne pousse aucune friche ; mieux qu’un cœur argileux, gorgé comme une éponge des larmes que personne ne sait plus pleurer. La zone du dehors (Alain Damasio)

La radioactivité, c’est la seule éternité créée par l’homme. La zone du dehors (Alain Damasio)

Devenir libre est une maladie qui se transmet par le sang et le sperme. Une fois contractée, aucun patron, aucun gouvernement, aucune prison ni aucune arme ne vous en guérissent. C’était cela qui me rassurait quand je voyais les enfants courir dans les villages : ils étaient déjà atteints, ils étaient tous malades, gangrenés de liberté… La zone du dehors (Alain Damasio)

Humbert était parfaitement capable de forniquer avec Ève, mais c’était Lilith qu’il rêvait de posséder. Lolita (Vladimir Nabokov)

« Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn. » L'appel de Cthulhu (Howard Phillips Lovecraft)

« N’est pas mort ce qui éternellement repose. Et dans les longues éternités même la mort peut mourir. » La cité sans nom (Howard Phillips Lovecraft)

A fillectes moustrans tetins Pour avoir plus largement hostes, A ribleurs, menneurs de hutins, A batelleurs trayans mermoctes, A folz, folles, a sotz, a soctes, Qui s’en vont cyfflant six a six A vecyes et marïoctes, Je crye a toutes gens mercys. Je, François Villon (Jean Teulé)

« Soyez économe de votre mépris, il y a beaucoup de nécessiteux » Frappe-toi le coeur (Amélie Nothomb)

« La bêtise, c’est de conclure », a écrit Flaubert. Cela se vérifiait rarement autant que dans les querelles, où l’on identifiait l’imbécile à son obsession d’avoir le mot de la fin. Frappe-toi le coeur (Amélie Nothomb)

Il y a deux sortes de gens : les salauds et les autres. Et tout le monde doit choisir son camp. Si vous ne le faites pas, c’est que vous êtes déjà dans celui des salauds. Glacé (Bernard Minier)

Quos vult perdere Jupiter prius dementat. (Ceux que Jupiter veut perdre, il les rends d'abord fous) Glacé (Bernard Minier)

Elles sont fascinantes, non ? Les religions, je veux dire… Comment de tels mensonges peuvent aveugler autant de gens ? Le Cercle (Bernard Minier)

Ami est quelquefois un mot vide de sens, ennemi jamais. Le Cercle (Bernard Minier)

Ira furor brevis est. (La colère est une courte folie) Le Cercle (Bernard Minier)

Vous savez pourquoi les gens votent? Pour avoir l’illusion du contrôle. Le Cercle (Bernard Minier)

«Les yeux bleus vont aux cieux, les yeux gris au paradis, les yeux verts vont en enfer, les yeux noirs au purgatoire.» Le Cercle (Bernard Minier)

« Heureux les fêlés car ils laisseront passer la lumière. » N'éteins pas la lumière (Bernard Minier)

Notre lit – ce canot de sauvetage sur les flots inquiétants de la nuit – N'éteins pas la lumière (Bernard Minier)

Parfois aussi, les parents partent un peu tôt – et il faut alors affronter seul ce vide qu’ils laissent entre nous et l’horizon. Soeurs (Bernard Minier)

Décolérer est ce verbe qui ne tolère que la négation. Vous ne lirez jamais que quelqu’un décolère. Les Prénoms épicènes (Amélie Nothomb)

Les hommes n’aiment que l’extérieur, les femmes ne sont intéressées que par l’intérieur. Elles aiment le fruit et sa saveur. Ils se contentent des épluchures. La Terre des morts (Jean-Christophe Grangé)

D’après la NASA, un être humain a besoin de cinq cent quatre-vingt-huit litres d’oxygène par jour pour vivre. Seul sur Mars (Andy Weir)

Depuis le temps que vous travaillez pour le gouvernement, vous vous y connaissez en missions inutiles, non ? Seul sur Mars (Andy Weir)

Certes, un rêve de beignet, c’est un rêve, pas un beignet. Mais un rêve de voyage, c’est déjà un voyage. Marek Halte

Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche. L'Anneau De Moebius (Franck Thilliez)

Être immortel est insignifiant ; à part l’homme, il n’est rien qui ne le soit, puisque tout ignore la mort. L'Aleph (Jorge Luis Borges)

Il y a une phrase intéressante sur la liberté : on ne sait pas ce qu’elle représente, tant qu’on ne l’a pas perdue. Fractures (Franck Thilliez)

Un secret est un secret ; quand deux personnes savent, ce n’est plus un secret ; quand trois personnes savent, tout le monde sait. Cyberstructure : L'Internet, un espace politique (Stéphane Bortzmeyer)

Il y a environ 422 000 naissances chaque jour sur terre. Il y a en moyenne 170 000 personnes qui meurent, soit un peu plus de 12 millions par mois et 154 millions de décès par an. Une putain d’histoire (Bernard Minier)

Je me demande si je vais pas avoir toute une boîte de Twix au fond du slip avant la fin du voyage, les gars Une putain d’histoire (Bernard Minier)

La banale direction d’un jet d’urine n’allait pas apporter au complot tout entier un éclaboussement décisif de lumière ? La foret d'Iscambe (Christian Charrière)

Contrairement aux espoirs romantiques de la plupart des gens, il n’était pas souhaitable que la race humaine dans son ensemble entre en contact avec une civilisation extraterrestre. Au lieu d’unifier l’espèce humaine, ce contact aurait pour effet de la diviser et aggraverait plutôt qu’il ne réduirait les conflits internes entre les différentes civilisations de la Terre. En somme, les experts prévoyaient que, dès qu’un contact serait établi, les différences culturelles entre les peuples seraient exacerbées et que cette division au sein de l’espèce humaine mènerait à la catastrophe. La conclusion la plus effrayante était que ces impacts resteraient invariables, peu importe le degré ou la manière d’entrer en contact – unidirectionnel ou bidirectionnel – avec la civilisation extraterrestre, ou bien avec la forme ou le niveau d’évolution de cette civilisation. Le problème à trois corps (Liu Cixin)

Un homme ordinaire qui ne fait pas usage de la parole pendant dix ou quinze ans perd la faculté de s’exprimer par le langage : il peut certes entendre et comprendre mais ne peut plus parler La Mort Immortelle (Liu Cixin)

Je ne sais à partir de quand, l’humanité s’est laissé bercer par l’illusion que la vie était un droit inaliénable. C’est la raison fondamentale de votre échec. La Mort Immortelle (Liu Cixin)

Lorsque l’humanité se retrouve abandonnée dans l’espace, il suffit de cinq minutes pour qu’elle devienne totalitaire. La Mort Immortelle (Liu Cixin)

Dans l’Univers, peu importe votre rapidité, il y a toujours plus rapide ; peu importe votre lenteur, il y a toujours plus lent. La Mort Immortelle (Liu Cixin)

La plupart des gens pensent qu’ils seront « complets » ou deviendront enfin ce qu’ils sont quand ils auront réalisé leurs projets, mais ce sont au contraire ces promesses jamais tenues qui les constituent, qui les fondent en profondeur. Nous sommes tous des mutilés de nos rêves. La Dernière Chasse (Jean-Christophe Grangé)

“Papa !!” C’est fou la force de ce mot. C’est un coup de feu à bout portant avec une balle d’amour dans la bouche. Ça te dit que tu existes comme tu n’as jamais existé pour personne. Les Furtifs (Alain Damasio)

Un papa rapluie
Qui me fait un abri
Quand j’ai peur de la nuit
Un papa ratonnerre
Je ne sais pas quoi faire
Quand il est trop colère
Un papa rasol
Avec qui je m’envole
Quand il rigole
Un papa tout court
Que je fête en ce jour
Avec tout mon amour Les Furtifs (Alain Damasio)

Ils vont susciter la terreur tout en affirmant qu’ils peuvent contrôler la situation. Le couple peur/réassurance qui a si bien marché avec le terrorisme. Les Furtifs (Alain Damasio)

Il n’y a pas de lendemains qui chantent. Il n’y a que des aujourd’huis qui bruissent. Les Furtifs (Alain Damasio)

Vous croyez peut-être que les hommes sont les maîtres de la création. Mais que verrait un extraterrestre qui atterrirait chez nous pour la première fois ?

  • Il verrait d’abord des créatures de métal qui se déplacent sur quatre roues à travers le pays.
  • Il les appellerait peut-être des buveurs d’essence.
  • Il aurait l’impression que ces buveurs d’essence ont dressé des auxiliaires qui les reproduisent et leur procurent la nourriture.
  • Ces auxiliaires font même la guerre pour la nourriture des buveurs d’essence et ils construisent de plus en plus de pistes sur lesquelles vivent les buveurs d’essence.
  • Jour et nuit, toute la planète est transformée afin d’offrir des conditions de vie optimales aux buveurs d’essence, alors que les formes de vie originelles, les arbres et l’herbe par exemple sont de plus en plus réprimées.

Das System (Karl Olsberg)

À quoi penses-tu ? a murmuré ma mère.
– À Joseph.
– Pourquoi l’appelles-tu ainsi ?
– Tu sais bien.
Je n’ai jamais été sûr qu’elle sache bien, mais s’il fallait expliquer ce genre de choses à sa mère, on ne s’en sortirait pas. Soif (Amélie Nothomb)

J’ai vu des gens se battre pour être préférés, sans se rendre compte que cela les rendait remplaçables Soif (Amélie Nothomb)

Quand on tombe amoureux, on devient présent à un point phénoménal. Par la suite, ce n’est pas l’amour qui se dissipe, c’est la présence. Si vous voulez aimer comme au premier jour, c’est votre présence qu’il faut cultiver. Soif (Amélie Nothomb)

Il n’y avait pas seulement en moi ce dégoût légitime qui saisit tout homme normalement constitué à la vue d’un bébé ; il n’y avait pas seulement cette conviction bien ancrée que l’enfant est une sorte de nain vicieux, d’une cruauté innée, chez qui se retrouvent immédiatement les pires traits de l’espèce, et dont les animaux domestiques se détournent avec une sage prudence. La possibilité d'une île (Michel Houellebecq)

J’étais Poissons ascendant Gémeaux, mais pour ce que j’en avais à foutre j’aurais bien pu être Caniche ascendant Pelleteuse, ha ha ha La possibilité d'une île (Michel Houellebecq)

Dieu existe, j’ai marché dedans. La possibilité d'une île (Michel Houellebecq)

L’œil dans lequel on détecte une lueur d’humanité est la prothèse. Millenium #06 – La fille qui devait mourir (David Lagercrantz)

Le mois de juillet est un mois très mensuel. Le sabotage amoureux (Amélie Nothomb)

Le Bien véritable ne dit pas son nom – s’il le dit, il cesse d’être le Bien, il devient de la propagande. Péplum (Amélie Nothomb)

— Puis-je savoir comment l’on procède pour traire une baleine ?
— Comme avec une vache, mais avec un grand seau et un grand tabouret. Péplum (Amélie Nothomb)

Le bon sexe c’est quand deux égoïstes cessent de l’être. Une vie sans fin (Frédéric Beigbeder)

Je te préviens : je ne prends pas la pilule.
— Ça tombe bien, je veux te féconder.
— Arrête, ça m’excite.
— Mes gamètes veulent tes ovocytes.
— Continue… j’adore…
— Je vais libérer 300 millions de flagelles vers tes trompes de Fallope…
— Oooh putain…
— Est-ce que j’ai une tête à baiser pour le plaisir ?
— Aahh gonade-moi Une vie sans fin (Frédéric Beigbeder)

Vieillir, c’est rigoler à une blague que tu connais par cœur. Une vie sans fin (Frédéric Beigbeder)

C'est du suicide le deux-roues. Une seconde d’inattention et ciao.
— C’est marrant, je viens de comprendre pourquoi un modèle de cyclomoteur s’appellait Ciao. OK, je vais rentrer à pied. Une vie sans fin (Frédéric Beigbeder)

J’aimais bien son pantalon. C’était le pantalon d’un homme qui se fichait des pantalons. Une vie sans fin (Frédéric Beigbeder)

Si vous êtes au théâtre et que tout le monde y croit, c’est que vous êtes à l’église. Le Jour des cendres (Jean-Christophe Grangé)

Tempora mutantur : les temps changeaient La Vallée (Bernard Minier)

Carl Rogers […] a proposé une méthode pour ceux qui s’affrontent verbalement et qui ont des désaccords irréconciliables : « Interrompez la discussion et établissez la règle suivante : chacun ne peut prendre la parole qu’après avoir reformulé correctement l’idée et les sentiments de son interlocuteur, et lorsque ce dernier estime que cette reformulation correspond à ce qu’il a voulu dire. » La Vallée (Bernard Minier)

Dawkins […] a déclaré qu’un monde sans religions, comme l’imaginait John Lennon, signifierait pas d’attentats suicides, pas de 11-Septembre, pas de croisades, pas de partition de l’Inde, pas de massacres en Irlande du Nord, pas de télévangélistes faisant les poches des gogos, pas de talibans pour dynamiter les statues, pas de décapitations publiques, pas de femmes fouettées pour avoir montré une parcelle de peau… La Vallée (Bernard Minier)

Je pense qu’il est dangereux de préférer croire plutôt que d’avoir envie d’être libre. Le Cri (Nicolas Beuglet)

Chaque époque a ses certitudes et le présent est parfois prétentieux lorsqu’il juge le passé. Le Cri (Nicolas Beuglet)

Dites votre nom deux cents fois de suite, vous vous apercevrez que vous n’êtes personne. Il Running Man (Stephen King)

Jésus était comme les gauchos qui ne veulent jamais se compromettre, c’est pour cela qu’il prêchait par paraboles. Le Livre De Sable (Jorge Luis Borges)

Les ouvriers foreurs vivaient comme des étudiants de première année. Des étudiants en colère et dépressifs. Pièces à conviction A, B et C : les bouteilles vides éparpillées un peu partout, les tas d’habits abandonnés dans les coins, les matelas nus et les autels en papier déchiré à la gloire des Plus Gros Seins du monde. Axis (Robert Charles Wilson)

Il est difficile de faire comprendre quelque chose à un homme quand son salaire dépend du fait qu'il ne doit pas le comprendre. (Upton Sinclair)

littérature/citationslivres.txt · Dernière modification: 02 Sep 2021 :: 17:14 de CgX